Une meilleure prévision du climat de l’Atlantique Nord à l’échelle décennale

Résultats scientifiques Terre et Univers

La quantification des signaux et des incertitudes dans les modèles climatiques est essentielle pour la détection, l'attribution et la prévision du changement climatique. Bien que l'accord inter-modèles soit élevé pour les signaux de température à grande échelle, les changements dynamiques de la circulation atmosphérique restent incertains, notamment aux échelles de temps décennales. Cela conduit à une faible confiance dans les prévisions régionales pour les prochaines décennies, en particulier pour les précipitations. Par ailleurs, les prévisions climatiques sont difficiles à vérifier jusqu'à ce que de nouvelles observations soient disponibles.

Une équipe internationale12 a analysé les prévisions climatiques rétrospectives décennales34 effectuées tous les ans sur les 60 dernières années et produites par une dizaine de grands centres de recherche internationaux. Ces simulations intègrent les conditions initiales de l’océan, ce qui leur confèrent une prévisibilité accrue du climat par rapport aux simulations dites historiques qui ne prennent en compte que les forçages externes. Ce travail a permis aux scientifiques de montrer que les variations décennales du climat hivernal de l'Atlantique Nord sont prévisibles dans ce type de simulations, malgré un manque de concordance entre les simulations des modèles individuels et la faible capacité de prédiction des résultats bruts de chacun d’eux.

Lire l’actualité sur le site de l’INSU

  • 1. Les laboratoires français impliqués sont le Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, Sorbonne Université / CNRS / MNHN / IRD) et le laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques (EPOC/OASU, Université de Bordeaux / CNRS)
  • 2. Les laboratoires français impliqués sont le Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, Sorbonne Université / CNRS / MNHN / IRD) et le laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques (EPOC/OASU, Université de Bordeaux / CNRS)
  • 3. Simulations de l’évolution climatique sur 10 ans partant d’un moment du passé récent pour lequel des observations de l’état de l’océan sont disponibles, permettant d’avoir une prévisibilité accrue et de tester la prévisibilité offerte par les modèles.
  • 4. Simulations de l’évolution climatique sur 10 ans partant d’un moment du passé récent pour lequel des observations de l’état de l’océan sont disponibles, permettant d’avoir une prévisibilité accrue et de tester la prévisibilité offerte par les modèles.

Contact

Juliette MIGNOT
Chercheuse au Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN-IPSL, MNHN/CNRS/IRD/Sorbonne Université)