Stabilité surprenante des concentrations de CO2 anthropique dans les eaux de fond de l’océan Austral

Résultats scientifiques Terre et Univers

À partir d’observations régulières effectuées depuis 1998 dans le cadre du Service d’observation OISO de l’INSU à bord du Marion-Dufresne (TAAF) et d’observations historiques (campagne américaine GEOSECS en 1978 et campagne française INDIGO en 1985-1987), des chercheurs du laboratoire LOCEAN/IPSL (MNHN/CNRS/IRD/Sorbonne Université) ont montré qu’au cours des 40 dernières années, les concentrations de CO2 dans les eaux antarctiques de fond avaient effectivement augmenté en moyenne et que cette augmentation s’expliquait principalement par l’absorption de CO2 d’origine anthropique. Toutefois, les chercheurs ont observé une relative stabilité de ces concentrations sur la dernière décennie (2010-2018), pouvant s'expliquer par des mécanismes complexes liés à la circulation océanique et aux variations de la formation des eaux antarctiques de fond, des signaux encore mal représentés dans les modèles océaniques et climatiques.

Lire l’actualité sur le site de l’INSU

Contact

Claire LO MONACO
Chercheuse au Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, MNHN/CNRS/IRD/Sorbonne Université)