Notre-Dame de Paris : recueillir les souvenirs de ceux et celles qui visitaient la cathédrale

Alerte presse Sciences humaines et sociales

Scientifiques recherchent fidèles, riverains et visiteurs ayant pénétré au moins une fois dans la cathédrale Notre-Dame de Paris avant qu’elle ne soit frappée par l’incendie du 15 avril 2019. Les chercheurs et chercheuses du chantier scientifique Notre-Dame de Paris souhaitent en effet recueillir leurs souvenirs, perceptions, expériences, points de vue et jugements en lien avec la cathédrale grâce à un questionnaire en ligne1, ouvert jusqu’au 10 octobre 2020. Cette enquête « Venir à Notre-Dame : expériences et perceptions » est la première étape d’un projet de recherche plus large visant à comprendre les liens qu’entretient le public touristique ou spirituel avec Notre-Dame. Comment s’inscrit-elle dans l’histoire des individus ? Quelle place occupe-t-elle dans les divers imaginaires ? En plus de participer à une meilleure compréhension de la fonction sociale du patrimoine, les résultats de ces travaux pourraient aider à la restauration de la cathédrale en apportant l’expertise des usagers et riverains.

  • 1. Ce questionnaire a été mis au point par des chercheurs et chercheuses de l’Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (CNRS/EHESS), l'Institut d'études européennes (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) et le département de la politique des publics (Ministère de la Culture).

Le questionnaire propose enfin aux internautes de déposer leurs photographies de Notre-Dame de Paris afin d’accompagner le projet de base de données et de reconstitution 3D d’une « cathédrale universelle » piloté par un autre groupe de travail du chantier scientifique Notre-Dame de Paris.

Aller à la version française du questionnaire

La participation à cette enquête est volontaire. Les données resteront totalement anonymes et seront stockées sur des sites sécurisés.


Pour en savoir plus sur les travaux menés par les équipes du chantier scientifique Notre-Dame de Paris

Contact

François Maginiot
Attaché de presse CNRS