Comprendre les limites des batteries aluminium pour mieux les dépasser

Résultats scientifiques Chimie

En théorie, les batteries aluminium sont moins chères et plus puissantes que les batteries classiques au lithium, un métal de plus en plus rare. Dans les faits cependant, leurs performances restent inférieures. Des chercheurs du PHENIX (CNRS/Sorbonne Université), de l’IMMM (CNRS/Université du Mans), du CEMHTI (CNRS), de l’Université de Bath (Royaume-Uni), de l’Université technique de Berlin (Allemagne) et du laboratoire national d’Argonne (États-Unis) ont découvert la raison de cet écart de performance.  Selon ces travaux publiés dans la revue Angewandte Chemie, les ions aluminium perturbent le réseau cristallin des électrodes, empêchant ainsi d’autres ions aluminium de s’y insérer.

Lire l’actualité sur le site de l’INC

Contact

Damien DAMBOURNET
Enseignant-chercheur au laboratoire laboratoire Physico-chimie des électrolytes et nano-systèmes interfaciaux (PHENIX, CNRS/Sorbonne Université)
Stéphanie Younès
Responsable Communication - Institut de chimie du CNRS